Archive

Posts Tagged ‘TechDays 2010’

Webcast PowerPivot révélé

March 19th, 2010 No comments

Nous vous l’avions annoncé : Alexis Sacksteder, directeur technique Homsys Paris, “a révélé” PowerPivot pour Excel, le nouvel outil BI en mémoire de Microsoft, à l’occasion des derniers Microsoft TechDays !

Comment concevoir vos tableaux de bord grâce à l’add-in PowerPivot pour Excel? Comment créer un modèle à partir de sources de données hétérogènes ? Comment ajouter simplement des calculs métiers complexes avec DAX ? Quelle utilisation du datamining est possible avec PowerPivot ?… Visionnez le webcast de la session “PowerPivot révélé” animée par Alexis Sacksteder, le 9 février 2010.

L’ensemble des présentations et webcasts desTechDays 2010 sont disponibles en ligne.

TechDays 2010 – Master Data Management ou Gestion de Référentiels de Données

February 11th, 2010 No comments

Lors de cette session, le focus a été porté sur le MDM, ses objectifs, les solutions du marché et l’offre de Microsoft.

Je vais donc aborder ces différents points avec vous.

1-    Qu’est-ce que les données de référence dans l’entreprise ?

Les données de référence sont les données pivot dans l’entreprise. Elles sont :

  • Partagées par les métiers et le S.I.
  • Généralement stables dans le temps.
  • Pas ou peu modifiées par les systèmes transactionnels et décisionnels.

Quelques exemples …

Exemples de données référentielles

Exemples de données référentielles

En complément à ces données de référence transverses, on peut aussi avoir des données de référence sectorielles (Pharma, Transport, Assurances, ..).

2-    Qu’est-ce que le MDM ?

Le Master Data Management (Gestion de Données de Référence) est une discipline visant à mettre en place les processus, les organisations et les outils pour rassembler, gérer et partager, de manière transverse, les données de référence. La réussite d’une telle initiative passe par une approche qui fait intervenir deux aspects : le métier et la technologie.

3-       En quoi le MDM est-il une solution ?

Très souvent, l’entreprise a conçu son Système d’Information de manière cloisonnée, en silos, s’alignant ainsi parfaitement au business. Cette urbanisation du S.I. s’est vue, au fil du temps, au fur et à mesure de la croissance de l’entreprise, confrontée à des problèmes de qualité et de fraîcheur de données, de redondance de référentiels métier, de collision sémantique, de désynchronisation de silos et de consolidation cross-silos difficile voire impossible. Le processus de prise de décision faisant les frais de ces « douleurs » amenant ainsi les métiers vers une défiance dans la qualité des données délivrées par le S.I.

Face à tout cela, la  valeur ajoutée du MDM est dans l’intégration des différents référentiels de données entre eux pour satisfaire à des challenges divers :

  • Conformité réglementaire (Bâle 2, …)
  • Time To Market
  • Agilité du S.I.
  • Certification des résultats
  • Efficacité opérationnelle
  • Confidentialité et sécurité
  • Consolidation

4-       Quels sont les objectifs du MDM ?

Trois types d’objectifs ressortent :

  • Organisationnels :
    • Aligner l’organisation sur le nouveau modèle de gouvernance
    • Permettre aux métiers de se réapproprier leurs référentiels
  • Fonctionnels :
    • Uniformiser les concepts métiers
    • Rationaliser les processus d’administration
  • Techniques :
    • Améliorer la qualité des données de référence
    • Synchroniser les applicatifs autour d’un seul point de vérité
    • Assurer la traçabilité
    • Sécuriser l’accès aux données de référence

5-       Les fonctions du MDM

Fonctionnalités du MDM

Fonctionnalités du MDM

6-       Les architectures du MDM

Architectures du MDM

Architectures du MDM

Dans l’architecture centralisée, le MDM fait office de référentiel maître sur les S.I. de l’entreprise qui sont considérés comme étant asservis au MDM.

Dans l’architecture de coopération, les S.I. amont et le MDM s’échangent un certain nombre de données référentiels. Les S.I. aval sont eux dépendants du MDM pour ce qui est des données de référence.

Dans l’architecture de réconciliation (ou de consolidation), le MDM joue le rôle d’arbitre et de réconciliation lors de conflits ou de rejets dans le processus d’amélioration de la qualité des données.

7-       Les acteurs du marché

Big 4 : Microsoft, SAP, Oracle, IBM

Spécialistes BI/EIM : SAS, Information Builder, Dataflux

Pure Player : Orchestra, Kalido

Leader Middleware : Informatica, TALEND, TIBCO, ..

Perturbateurs : Cegedim, Exalead

8-       L’offre Microsoft en MDM

Microsoft propose avec la suite BI SQL Server 2008 R2 un module prenant en charge la gestion de référentiels de données. Ce module est Master Data Services.  La démo n’a pas été déroulée au cours de la session à cause d’un problème de projection. Des copies d’écrans ont été présentées à la place et commentées.

Techdays 2010 – Comment intégrer les données métiers avec SharePoint 2010 (SP2010)

February 11th, 2010 No comments

Une session 100% démo, rien de mieux pour aller directement dans le concret, être dans le bain…

Cette cession avait pour objectifs de montrer par l’exemple, les apports de SharePoint 2010 dans l’intégration des données métiers. Les points abordés ont été les suivants :

  • Business Connectivity Service
  • Mode Offline
  • Reporting
  • Workflow

1-    Business Connectivity Service (BCS)

Remplaçant des BDC dans Moss 2007, ce nouveau service est doté d’une interface facile à manier. En quelques clic vous voilà connecté à une base de données, vous permettant ainsi d’avoir un accès en lecture et écriture (et oui ça marche dans les deux sens) aux données des produits, contacts, … dans une liste SharePoint. De là, vous avez la possibilité d’éditer en mode formulaire un enregistrement, apporter une modification à un libellé par exemple et hop… celle-ci est automatiquement visible dans le système source. A contrario, vous modifiez dans votre système source une donnée, elle est visible quasi-instantanément dans la liste SharePoint.  Avec MOSS 2007, il fallait passer par l’écriture d’un fichier XML pour se connecter à source applicative externe…

2-    Mode Offline

En s’appuyant sur l’exemple précédent, il s’agit ici d’utiliser le WorkSpace dans SharePoint 2010 qui permet, où que l’on soit, de travailler en mode déconnecté. Ainsi, vous accédez à un Site SharePoint off-line dans lequel vous retrouvez votre liste dont le contenu est accessible en lecture et en écriture. Dès que le Workspace détecte une connexion réseau, le Site SharePoint et la base de données source, à partir de laquelle le BCS a été défini précédemment, sont automatiquement synchronisés. 

3-    Reporting

La démo ici consistait à utiliser Excel Services en publiant un fichier Excel contenant un tableau dans une bibliothèque de documents sur un site SharePoint 2010. Rien de neuf par rapport à MOSS 2007 jusque là ! Sauf qu’à partir de cette bibliothèque, il est possible d’ouvrir le fichier Excel en mode édition et de modifier son contenu : ajouter des formules, des graphes, … mais aussi, grâce à l’API REST, nouveauté de SP2010, de prendre ce dont on a besoin (plage de cellules, graphe, …) dans le classeur est mettre tout cela en affichage sur une page d’accueil, pour illustrer les principaux indicateurs d’une BU par exemple.

SP 2010 intègre aussi une ChartPart qui offre un certain nombre de graphes qu’il est possible d’utiliser pour illustrer le contenu d’une liste SharePoint. Pour compléter notre exemple, il est question ici d’utiliser cette ChartPart avec la liste précédemment créée pour illustrer sous forme graphique son contenu.

4-    Workflow

Avec Moss2007, les workflow étaient modélisables notamment depuis SharePoint Designer. SP2010 permet aussi de mettre en place un workflow avec Visio. Il suffit dans Visio 2010 d’utiliser le template « Microsoft SharePoint Workflow ». Toute la partie modélisation peut ainsi être faite facilement depuis Visio, en utilisant les objets appropriés (procédé, décision, condition,…) en drag and drop, d’importer ensuite le workflow dans SharePoint Designer pour le finaliser avec les actions et les connexions adéquates.